La neutralité carbonne : un enjeu pour le vin ? 

vin
La neutralité carbone est un enjeu crucial pour notre planète. Les émissions de gaz à effet de serre causées par les activités humaines ont des impacts dévastateurs sur notre climat, menaçant la survie de nombreuses espèces animales et végétales, ainsi que celle des populations les plus vulnérables. La question de la neutralité carbone n'épargne aucun secteur économique, y compris celui de la production de vin.
La culture de la vigne, la vinification et la mise en bouteille ont toutes des impacts sur l’environnement en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Il est donc important que les producteurs de vin, prennent leur responsabilité et s’engagent dans une démarche de neutralité carbone ou de réduction de leurs émissions de GES. C’est un défi de taille, mais cela est nécessaire pour protéger notre planète pour les générations futures. Et cela n’est pas seulement une question de responsabilité environnementale, c’est aussi une question d’éthique, de consommation responsable et de durabilité. C’est un appel à chacun de nous pour changer nos habitudes de consommation et cela passe également par le choix de vins produits de manière responsable.La neutralité carbone est le concept selon lequel les émissions de gaz à effet de serre (GES) produites par une entreprise ou une organisation doivent être équilibrées par des actions de réduction ou de compensation de ces émissions. Le but de cette neutralité carbone est de limiter les effets négatifs sur le climat causés par les activités humaines. Si on se penche sur le domaine du vin, la production de raisins, la vinification et la mise en bouteille ont toutes des impacts sur l’environnement en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Par exemple, l’utilisation de tracteurs et de machines de récolte, l’utilisation d’énergie pour le refroidissement et l’éclairage des chais, ainsi que le transport des bouteilles de vin, contribuent tous aux émissions de GES.

La production de raisins  selon une étude de l’Université de Californie, représente environ 20 à 25% des émissions de gaz à effet de serre liées à la production de vin. Les principales sources d’émissions sont l’utilisation de tracteurs et de machines de récolte, l’utilisation d’engrais et de pesticides, ainsi que la consommation d’eau. 

La vinification et la mise en bouteille : selon une étude de l’Université de Bourgogne, représentent environ 40 à 50% des émissions de gaz à effet de serre liées à la production de vin. Les principales sources d’émissions sont l’utilisation d’énergie pour le refroidissement et l’éclairage des chais, ainsi que l’utilisation de produits chimiques pour la clarification et la stabilisation du vin. 

Le transport : selon une étude de l’Université de Bordeaux, représente environ 30 à 35% des émissions de gaz à effet de serre liées à la production de vin. Les principales sources d’émissions sont les déplacements liés à la livraison des bouteilles de vin aux différents points de vente.En conséquence, de nombreux producteurs de vin et les marques cherchent à devenir neutres en carbone ou à réduire leurs émissions de GES. Cela peut être fait en investissant dans des projets écoénergétiques, en réduisant les déplacements et en utilisant des pratiques agricoles durables. Il y a aussi des certifications qui peuvent attester cette neutralité comme les labels Carbon trust, ISO 14064, etc. Pour devenir neutres en carbone ou réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, les producteurs de vin peuvent adopter plusieurs stratégies.• Investir dans des projets écoénergétiques : les producteurs de vin peuvent investir dans des projets écoénergétiques pour réduire leur utilisation d’énergie fossilisée. Par exemple, ils peuvent installer des panneaux solaires pour produire de l’énergie électrique, utiliser des énergies renouvelables pour le refroidissement et l’éclairage des chais, ou encore investir dans des systèmes de récupération de chaleur. 

  •  Réduire les déplacements : les déplacements liés aux activités de production, de transport et de commercialisation du vin ont également un impact environnemental. Il est donc important de réduire ces déplacements pour réduire les émissions de GES. Cela peut être fait en optimisant les itinéraires de livraison, en utilisant des moyens de transport plus propres ou en favorisant les circuits courts.
  •  Utiliser des pratiques agricoles durables : les pratiques agricoles ont également un impact sur l’environnement. Les producteurs de vin peuvent adopter des pratiques agricoles durables pour réduire les émissions de GES. Cela peut inclure l’utilisation de pratiques de culture respectueuses de l’environnement, comme l’agriculture biologique ou l’agriculture raisonnée, l’utilisation de pratiques culturales durables qui réduisent l’utilisation des intrants (eau, engrais, pesticide), ou encore la pratique de la lutte biologique.
  •  Certification : il existe des certifications qui peuvent attester la neutralité carbone d’une entreprise ou d’un produit. Par exemple, le label Carbon Trust permet de certifier la neutralité carbone d’une entreprise, tandis que ISO 14064 est une norme internationale qui permet de certifier la neutralité carbone d’un produit ou d’un projet. Ces certifications permettent aux producteurs de vin et aux marques de montrer leur engagement en faveur de l’environnement et de la lutte contre le changement climatique.

    En somme, il existe plusieurs moyens pour les producteurs de vin et les marques de devenir neutres en carbone ou réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, mais cela nécessite une réflexion sur l’ensemble de leur chaîne de production et des investissements pour mettre en place des pratiques durables. Cela permet aussi d’obtenir des certifications qui peuvent rassurer les consommateurs et leur donner des garanties sur les engagements environnementaux.
    En outre, les consommateurs de vin sont de plus en plus conscients des questions environnementales et recherchent des options plus durables. 

    Ainsi, les producteurs de vin qui s’engagent dans des pratiques plus respectueuses de l’environnement et qui sont transparents sur leurs émissions de GES peuvent bénéficier d’une image de marque positive et de la préférence des consommateurs pour leur vin.
    En résumé, la neutralité carbone est devenue un enjeu important pour le secteur viticole, avec des producteurs et des marques qui cherchent à réduire leurs émissions de GES et des consommateurs qui sont de plus en plus conscients des questions environnementales et qui recherchent des options plus durables. 
Suivez l’univers Les Canons également sur Instagram, et découvrez nos autres articles sur notre blog, ici !
Facebook
Twitter
LinkedIn

Articles associés

vin

Les tanins dans le vin.  

On l’a vu, les tanins sont partout. Des molécules absolument essentielles, qui sont porteuses de toutes sortes de qualités relatives aux goûts, au toucher ou à l’odorat. Ce sont les tanins qui vont construire les interactions avec nos sens. À la vue, il donne les couleurs de la robe d’un vin, ce sont les anthocyanes pour les vins rouges que l’on trouve aussi dans les fleurs et les flavonoïdes et quercétine pour le raisin blanc, pour les vins blancs, que l’on retrouve dans le vert d’une pomme ou le jaune d’une banane.

En savoir plus
vin

Vin de France ou vin d’appellation.  

« On le savait pourtant que c’était que des menteries dans les journaux, des âneries de députés pour embêter le pauvre monde. » Le Glaude.

Sus aux mensonges, à la désinformation, à la périclitation des goûts et du respect des consommateurs !

En savoir plus

En raison des fêtes de fin d’année toute commande passée entre le 19 décembre et le 7 janvier ne pourra être expédiée qu’à compter du 8 janvier.


Joyeuses fêtes à tous.

Recevez les dernières actus

S'abonner à notre newsletter